Le Livre du Maintenant

François Lorin

Le Livre du Maintenant

Pour mettre à disposition du plus grand nombre le texte de François, nous avons choisi, avec un prix plus accessible, un format de poche à l’italienne, plus sobre, plus maniable

Ce nouvel opus n’aurait pu voir le jour sans l’implication d’une équipe enthousiaste réunie autour de la production, de la diffusion et de la distribution de l’ouvrage ; un grand merci aux membres du CA de l’IFYM ayant participé à cette aventure.

Merci tout particulièrement à Graziella Proust pour son travail au long cours, sa grande disponibilité et son talent, à Christine Chaput pour ses relectures patientes et minutieuses. Enfin, merci à Geneviève Pary qui héberge généreusement les livres et les diffuse à la demande avec efficacité. Lire un extrait

Comment se procurer l’ouvrage ?

Le Livre Du Maintenant est à disposition chez Geneviève Pary.
Vous pouvez commander l’ouvrage en ligne, ou adresser le bon de commande à Geneviève Pary, par email à gen.pary@lapost.net ou par téléphone au 0467596065.

1.33 maitrī karunā mudita upekṣanam sukha duḥkha punya apunya viṣayānām bhāvanātaḥ citta prasādanam
« La paix s’installe lorsque émergent l’amitié, la compassion, l’allégresse, le respect pour les gens heureux, malheureux, équilibrés ou déséquilibrés. »

maitrī : amitié
karunā : compassion
mudita : allégresse
upekṣanam : respect
sukha : bien être
duḥkha : mal-être

punya : accordé
apunya : mal accordé
viṣayānām : objets ou êtres
bhāvanātaḥ : faire apparaître
citta : esprit
prasādanam: sérénité

L’univers, les êtres proviennent d’une Source qui est amour ; la sérénité de l’esprit provient des attitudes relationnelles émanant de l’amour : amitié, compassion, allégresse et respect vis à vis des êtres heureux, malheureux, en paix ou en conflit…

La simplicitié et la nudité ne s’embarrassent pas d’inimitié, de dureté, de scepticisme ni d’éloignement.

Extrait, page 63

Simple

« Le silence est simple, le vide aussi.

La forme est, simplement.

Simples les arbres, le ciel, les nuages, les fourmis.

Pas de doute, c’est le simple qui fait le monde,
sa beauté, sa force.

Simple le sexe, simple la passion, le meurtre,
le décès, les retrouvailles

Les mots, les phrases, leur sens :
tout simples et bons et satisfaisants !

Pourquoi t’inquiètes-tu, te rebelles-tu, pensée ?

Ne complique rien, reste simple. »

Extrait, page 62